En t’attendant… d’Emilie Vast {Challenge album}

Nouvel participation au challenge je lis aussi des albums avec cette petite perle que l’on m’a offerte en t’attendant…

410gknppryl-_sx195_Que s’est-il passé au cours de ces 9 longs mois à t’attendre ? Pendant que tu étais dans mon ventre et que tu grandissais pour devenir l’enfant que tu es aujourd’hui, beaucoup d’autres choses ont pris le temps de grandir, de se transformer et d’évoluer. Comme la chenille qui est devenue papillon, les fleurs qui sont devenues fruits ou encore les œufs qui ont vu éclore des oisillons. Et maintenant que tu es là, toi aussi tu vas pouvoir observer tout ça !

Mon avis : Cet album est magnifique. Les illustrations très sobres et dans un style un peu vintage accompagnent parfaitement la poésie du texte. Telle une ode aux plaisirs simples et à la contemplation, il nous rappelle qu’il faut garder son âme et ses yeux d’enfant pour cultiver ce don à l’émerveillement. Quelle meilleure occasion que la naissance d’un enfant pour ne pas l’oublier.
Un très beau cadeau à faire à une future maman ou pour l’arriver d’un deuxième enfant.

Vast, Emilie. En t’attendant… Editions MeMo, 2014. 36 p.
ISBN 978-2-35289212-0

Prix : 15 €

logoalbums2017p

Challenge Je lis aussi des albums #4/20

Retrouver mes autres chroniques du challenge

#1/20 Demain les rêves

#2/20 Bons baisers ratés de Paris

#3/20 Tralali la musique des petits bruits

Retrouver plus d’informations et d’autres avis sur cet album:

Pour entrer dans le monde d’Emilie Vast c’est ici (attention c’est magnifique !!)

La maison d’éditions MeMo

L’Avis d’Anaïs sur les Chroniques d’Anaïs

La chronique de PMgirl

Adaptation en pièce de théâtre pour les tout petits par Des Petits Pas dans les Grands

Tralali la musique des petits bruits de Benjamin Chaud et Laurent Sauvagnac {Challenge album}

51sjony2ztl-_sx195_

On rencontre tout un tas de personnages avant d’aller se coucher. De la petite mésange au gros éléphant en passant par le singe rigolo ou les nombreuses oies. Tous ont leurs petits bruits bien particulier et lorsqu’ils s’unissent cela devient une véritable fanfare. Mais lorsqu’il est l’heure d’aller dormir le crapaud est là pour dire « Ça suffit ! Tous au lit » et chacun part pour le pays des rêves, bercé par cette joyeuse mélodie.

Mon avis : Cet album est un album carré au pages cartonnées accompagné d’un CD. On peut soit le lire avec l’enfant, en essayant de s’amuser à se souvenir du bruit de chaque animal, soit se laisser porter par l’écoute du CD. Ce principe de farandole qui s’agrandit de page en page en ajoutant un personnage et un son n’est pas nouveau. Mais cet album reste très plaisant et de qualité, aussi bien du point de vue des illustrations que de l’orchestration. Les dessins sont rigolos et pleins de couleurs. L’enregistrement est propre, de qualité et réalisé avec de vrais instruments.
En revanche j’émets quelques réserves quant à la finalité initiale de l’album. Il est sensé amener l’enfant à dormir, mais la musique est vraiment joyeuse et entrainante, je n’ai pas testé mais je doute que ce soit vraiment les conditions pour revenir au calme avant un gros dodo ! Donc à lire sans modération mais peut-être pas avant d’aller dormir !

logoalbums2017p

Challenge Je lis aussi des albums #3/20

Retrouver mes autres chroniques du challenge
#1/20 Demain les rêves
#2/20 Bons baisers ratés de Paris

Retrouver plus d’informations et d’autres avis sur cet album:
Le site de l’éditeur
Lecture & Cie, conseils de lecture et critiques de livres
Les Mamans testent

{Challenge 12 mois-12 genre} Stay Alive de Simon Kernick

Pour le challenge de Once Upon a Book du mois de Février je me suis lancée dans la lecture de Stay Alive. Le thème du mois était Thriller. Ce livre correspond tout à fait à ce thème. Rien que la première de couverture nous met dans l’ambiance.

51fvyabupgl-_sx195_

Il s’agit  d’une famille qui, alors qu’elle est partie descendre une rivière en canoë-kayak dans une forêt Écossaise, croise le chemin d’Amanda. Cette jeune femme est poursuivie par une horde de gangsters armés jusqu’aux dents et cherchant à la capturer sans qu’elle ne sache pourquoi. Tueurs de sang froid ils sont prêts à tout. Cette pauvre famille qui n’avait rien demandé se trouve alors prise dans un véritable cauchemar et une traque sanguinaire à travers les bois.

Mon avis : Je suis assez déçue par ce thriller. J’ai d’abord était prise par l’histoire, par le suspens et j’avalais les pages les unes après les autres. Mais vint un moment, à peu près à la moitié du roman, où je me suis lassée. J’ai même laissé ma lecture de coté quelques jours avant de la reprendre. Tout est un peu « trop ». Trop de morts, trop de rebondissements qui finissent par être un peu trop attendus, trop de « pas de chance », trop de vilaines personnes qui trainent dans ces bois. Au final je trouve que la trame narrative ne tient pas debout. Après ça reste un roman facile à lire et malgré tout agréable.

En tout cas je vous déconseille de prendre vos vacances dans cette région de l’Écosse qui a pourtant l’air superbe ! C’est vraiment mal fréquenté. C’est décrit comme étant désert mais le peu de personne que vous risquez de croiser ne sont franchement pas de bonnes fréquentations !

Kernick, Simon. Stay Alive. Prisma, 2015. 348 p.
ISBN 978-2-8101-1408-6
Prix : 19.95 €

lu dans le cadre du challenge 12 mois/12 genres
Février : Thriller
challenge-once-upon-a-book

Every thing Every thing de Nicola Yoon

cvt_everything-everything_2253Madeline est ce qu’on appelle une enfant bulle. Elle est atteinte d’une grave maladie qui lui interdit d’être en contact avec le monde sous peine d’en mourir. Aujourd’hui elle a 18 ans et n’a jamais mis les pieds en dehors de sa maison aseptisée. Lorsque dans la maison voisine une nouvelle famille avec un fils de son âge amenage, quelque chose se produit entre eux dès le premier regard. Ce mutique échange est plein de promesses infinies mais surtout de promesses impossibles car qu’attendre de la vie quand on est enfermé chez soit pour toujours ?

Mon avis :

Le thème de ce roman est intéressant. En effet, je n’avais bien aucune idée de ce à quoi pouvait ressembler la vie d’un enfant-bulle. L’histoire d’amour annoncée dès le début n’est pas une surprise. Il est par ailleurs l’élément tellement incontournable de ce genre de roman qu’elle nous aurait manqué si elle n’avait pas été là. Maladie, adolescence, amour… oui il y a un petit air de déjà vu avec par exemple le célèbre Nos étoiles contraires. C’est vrai. D’ailleurs, c’est le même genre de lecture. Avalée à toute vitesse grâce à des personnages forts et attachants et une écriture rythmée. Every thing, Every thing ajoute en plus une superbe couverture, des petites illustrations rigolotes et une bonne partie des échanges au format mail. Mais la véritable particularité de ce roman en est le dénouement (je ne vais vraiment pas trop en dire, mais au cas où, arrêtez-vous là si vous ne souhaitez pas être spoilés). Je l’avais soupçonné au cours de ma lecture mais je m’étais dis : « non quand même… ils n’oseraient pas… » Mais si ! Et si dans un premier temps j’ai trouvé cela franchement grotesque, j’ai ensuite pensé que ça pouvait être une métaphore intéressante. N’est-ce pas une étape dure et importante à l’adolescence de réussir à quitter son nid douillet pour aller conquérir le vaste monde ? N’est-ce pas dur et important quand on est parent de réussir à accepter que nos enfants nous quittent ? Qu’on perde notre contrôle sur eux ? Il y a donc quelque chose d’universel dans ce roman que j’ai d’abord pris pour une simple romance pour ado (avec tout ce ce que cette expression peut induire de péjoratif). Pour moi c’est une allégorie du passage de l’âge enfant à l’âge adulte.

Yoon, Nicola. Every thing, Every thing. Bayard jeunesse, 2016. 368p.
ISBN-13: 978-2747052788

Prix : 16.90 €

Enregistrer

Bons baisers ratés de Paris de Davide Cali {Challenge album}

 

Petite balade dans Paris où un amoureux espère recevoir le premier baiser de sa belle… malheureusement, cette ville a beau être celle des amoureux celui-ci ne vient pas. A chaque nouvel endroit le prétendant espère mais rien n’arrive…

bm_cvt_baisers-rates-de-paris_1613
Mon avis : Le principe de la découverte de la ville et de ses lieux incontournables est sympa. J’aime beaucoup les dessins crayonnés simples et joyeux dans lesquels on prendra plaisir à rechercher nos deux personnages. Mais je trouve qu’il manque au texte un petit quelque chose de romanesque ou poétique. L’ensemble fait un peu trop énumération ou catalogue des « places to see in Paris ». Cependant j’imagine que cela peut-être sympa pour préparer avec des enfants un voyage de découverte à Paris. Ou au contraire reconnaitre avec plaisir les endroits visités lors d’un week-end à la capitale. En dernière page, un plan de Paris et de ses monuments permettra en plus de les situer sur une carte.

_dsc3720

_dsc3721

Cali, Davide. Bons baisers ratés de Paris. Gulf Stream, 2012. 32p.
ISBN-13: 978-2354881801

Prix : 19.50 €

logoalbums2017p

Challenge Je lis aussi des albums #2/20
#1/20 Demain les rêves

Enregistrer

{Challenge 12 mois-12 genre} Le cri du petit chaperon rouge de Beate Tereasa Hanika

le-cri-dupetit-chaperon-rouge

Malvina a 13 ans. Durant les vacances de Pâques sa meilleure amie est partie en séjour au ski. Jour après jour elle n’a rien d’autre à faire que d’aller porter à son grand-père blessé ses repas. Pour la première fois depuis longtemps elle se retrouve seule avec lui. Et ce qui se passait dans le secret il y a quelques années reprend. Sauf que maintenant Malvina ne veut plus se taire.

Mais elle va se trouvait confronter à l’incompréhension de ses proches. Ils n’entendent pas ou ne veulent pas entendre ce que la jeune fille a tant de mal à leur dire.

Mon avis :

C’est le récit léger, presque normal de faits graves. On ne cherche pas à amplifier l’horreur. Juste à montrer que dans la vie d’une ado ordinaire se cache un secret insupportable.

Contrairement à ce que le sujet pourrait laisser croire, la lecture de ce roman n’est pas éprouvante, même si c’est une lecture marquante qu’on n’oubliera pas à peine le livre refermé. C’est écrit avec fluidité, presque légèreté. Et c’est réellement ce qui fait la force de ce roman. On ne cherche pas à amplifier ce qui est déjà horrible en soi. Le lecteur le ressent sans qu’on force le trait.

Les faits incestueux sont évoqués mais ils ne sont pas le centre du récit. Ce qui est mis en avant ce sont les mécanismes psychologiques que Malvina met en jeu pour parvenir à vivre sa vie avec ça et comment elle essaie de s’en sortir.

Avec elle on ressent de la colère, de l’injustice face à la lâcheté dont font preuve ses proches qui ne comprennent pas ou refusent de comprendre ce qu’elle essaie de leur dire.

Malvina endosse le rôle de la sacrifiée. Plus qu’une victime, si elle n’arrive pas à se sortir de cette situation c’est qu’elle est comme une héroïne grecque. C’est elle qui porte le fardeau de toute une famille pour que celle-ci puisse continuer à fonctionner « normalement ».

L’adolescence, l’ouverture sur le monde extérieure, les rencontres vont lui permettent de casser ce schéma dévastateur et parvenir à se sortir et à sortir sa famille de ce fonctionnement si dysfonctionnel.

Le cri du petit chaperon rouge
Hanika, Beate Teresa. Le cri du petit chaperon rouge. Alice, 2011. 250p. (Tertio)
ISBN-13: 978-2874261428
Prix : 14.50 €
lu dans le cadre du challenge 12 mois/12 genres
Janvier : Contemporain
challenge-once-upon-a-book
D’autres avis sur ce roman ailleurs sur le web :

Enregistrer

Ninn, tome 1. La ligne noire de J.M. Darlot et J. Pilet

41nit4vyril-_sx210_

Ninn est une jeune fille hors du commun. En plus d’un sacré tempérament elle a une passion bien particulière : le métro parisien. Ses secrets, son histoire, ses moindres recoins, elle les connait par cœur. C’est normal, elle y est quasiment née. En tout cas, c’est là que ses deux tontons, des ouvriers du métro, l’on trouvait il y a maintenant une dizaine d’année. Mais depuis quelque temps elle se pose beaucoup de questions sur ses origines. Et de drôles de phénomènes se produisent… d’où viennent tout ces papillons que seuls elle et un vieux fou semblent pouvoir distinguer ? Quelles sont ses étranges créatures qui rodent dans les couloirs ?

Mon avis : Super BD aussi bien d’un point de vue graphique que d’un point de vue scénario. On y trouve beaucoup de mystère, de suspens, d’imagination… tout ça nourrit par le cadre fascinant du métro parisien et de ses coulisses. L’ambiance est au fantastique. On y croise un tigre en origami qui parle et prend vit, des nuées de papillons que personne d’autre ne voit, d’effrayantes créatures… Bref on en prend plein les yeux ! En arrivant à la dernière page un seul mot vous viendra à la bouche « Nooon… » car on ne peut s’arrêter là et attendre le tome 2. On veut la suite maintenant !

ninn-t1

ninn-bd

Ninn, tome 1 : La ligne noire
Darlot, Jean-Michel et Pilet Johan. Ninn, 1. La ligne noire. Kennès, 2015. 72p.
ISBN : 978-2-87580-163-0
Prix : 14.95 €

Enregistrer

Enregistrer